Adrien Honnons

hello@adrienhonnons.com


Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9
Le Répondeur n°9

Le Répondeur n°9

2012

Journal culturel et citoyen.

24 pages, NB offset. 4000 exemplaires

télécharger le numéro 9 (7,9mo)

Avec ce numéro, nous tentons de saisir ce qui a couru tout au long des numéros précédents : l’articulation « dont on sait qu’elle est aujourd’hui petite et laide, et qu’elle est de toute manière priée de ne pas se faire voir » entre politique, culture et économie.Ainsi après nous être penchés sur le contrat-programme du Théâtre National de la Fédération Wallonie-Bruxelles (numéro 1 consultable sur le blog : www.lerepondeur.over-blog.com/article-32013674.html) puis sur le statut de l’artiste ou les propos deMichel Kacenelenbogen se plaignant de ne pas avoir assez de subventionsétant donné le taux de remplissage de ses salles (numéro 5 consultable sur le blog : www.lerepondeur.over-blog.com/articlepublic-or-not-public-60459206.html), et tout dernièrement sur l’état de la critique culturelle, son rôle et sa fonction (Numéro 8, consultable sur ce site), ce numéro 9 trouve comme point de départ la lettre de la ministre de la culture à laquelle un collectif d'artistes a écrit une réponse qui est restée... sans réponse.

De ce cette situation, nous avons souhaité interroger les critères déterminant la politique culturelle actuelle. Et si, par ailleurs, nous pouvons encore parler de politique culturelle. Au cours de la réalisation de ce numéro, une partie de ceux qui s'étaient engagés à participer se sont rétractés après avoir appris qu'un arrangement financier avait été trouvé pour que leur « projet » puisse perdurer, il nous a semblé important d'ouvrir la question qui relie cette politique culturelle(et celle des artistes en général) avec l'économie.Vous constaterez que certains articles ont requis l’anonymat. car, malheureusement, dans notre belle démocratie culturelle, « on ne parle pas » : tant le moindre écart de langage implique comme conséquence 'peine et châtiment’. Mais rassurez-vous : Le Répondeur maintiendra, à l’avenir, son rôle de porte-voix des opinions, parfois contradictoires, anonymes ou pas, mais absentes du paysage. Être un journal critique de toutes les façons... Bonne lecture.